skip to Main Content
Le blog pour un vin responsable

Quinzaine Franco-Allemande à Sète : échanges sur le Développement Durable

Quinzaine Franco-Allemande à Sète : échanges Sur Le Développement Durable

Inaugurée le 14 septembre dans les locaux d’Airbus à Toulouse, la 1ère Quinzaine Franco-Allemande bat son plein. Avec 200  manifestations organisées en Occitanie, les relations germano-occitaniennes démontrent leur dynamisme et leur diversité. Culture, éducation ou économie, les pistes de collaboration sont nombreuses. Et le 2 octobre, à Sète, on se retrouve autour de l’Allemagne et du développement durable…

Rencontres sur le Développement Durable

La Quinzaine Franco-Allemande d’Occitanie se prête parfaitement à ce type de rencontre. C’est pourquoi,  le 2 octobre à partir de 15h à Sète, des entreprises et des institutions se rassemblent, autour du développement durable, pour un échange et des dégustations destinés aux professionnels et au grand public.

Au programme de la journée sur et aux abords de la péniche « le Tourmente » amarrée Quai d’Alger à Sète, auront lieu une rencontre professionnelle (15h – 16h30) et des dégustations et promotion d’entreprises et produits  « verts et responsables » (Bio, Biodynamie, Haute Valeur Environnementale , Terra Vitis, Vignerons en Développement Durable) en présence de l’Interprofession des vins Pays d’Oc IGP, de Sète Agglopôle Méditerranée et de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault (16h30 – 20h00) .

A 20h30, débutera le concert Klezmer « Mischpoke » qui clôturera la dernière escale du voyage de Toulouse à Sète de la péniche.

Développement durable : en entreprise, de quoi parle-t-on ?

En entreprise, la contribution à un développement durable se traduit par la mise en œuvre d’une stratégie de Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE)  Les acteurs engagés évoquent une stratégie de bon sens. Le bon sens s’applique à l’environnement au sens large, souvent en premier. Il intègre l’impact des produits, du berceau à la tombe (achetés et vendus), les ressources mais aussi les transports (des hommes et des marchandises), etc.

Le bon sens s’applique naturellement à l’approche consommateurs. On y retrouve la qualité, la traçabilité, l’origine, l’emballage, la sécurité, l’information…).

Le bon sens s’applique aussi au territoire de l’entreprise, à ses impacts positifs (emploi, économie, éducation, tourisme…) et négatifs (ressources, pollutions, chômage…)

Dans cette logique, le bon sens s’applique de fait à la gouvernance, à son management stratégique et humain, à son pilotage et à la performance de l’entreprise.

Ce bon sens, c’est de la loyauté, de la transparence, de l’éthique, du respect et du dialogue. Et la bible de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise, c’est la norme ISO 26000 avec ses 7 questions centrales et ses 7 principes. 

Le développement durable : une attente sociétale

C’est clair : les aspirations à un développement durable sont universellement partagées. Au-delà d’une demande marché, c’est une demande sociétale qui s’installe. Cette évolution appelle l’entrepreneur à intégrer son système de valeurs à ses actions et décisions. Le citoyen rejoint l’homme d’entreprise  dans l’élaboration de sa stratégie, en bon père de famille. L’impact environnemental est bien sûr intégré mais pas que ; l’impact sociétal aussi.

Alors, le 2 octobre à Sète, profitez d’une agréable occasion  d’échanger sur les actions et perspectives en faveur d’un développement durable…

 

Photo : ©Groupe La Dépêche :  voir l‘article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top